usoline

Introduction

Dans ce texte, qui fait suite à une première partie sur Microsoft, nous montrons que l’extrême difficulté de contester par le libre jeu de la concurrence le monopole de Microsoft a suscité un réaction de la société sous la bannière de la classe moyenne. C’est le phénomène du logiciel libre. Son succès relatif dans le cadre du système d’exploitation Linux, a ensuite été relayé par la bourgeoisie et ses Etats pour lui donner une assise économique cohérente. Le texte montre que cette réponse n’est en rien socialiste.

Impossibilité d’une réponse par le marché

Nous avons montré que du point de vue de la concurrence capitaliste, il ne fallait rien attendre d’une mobilisation équivalente de travail social de la part d’autres industriels du logiciel pour contrebalancer l’influence de Microsoft.

Nous avons donc d’un côté la réponse bourgeoise libérale basée sur la libre concurrence et la lutte anti-trust. Cette réponse reste purement idéologique, car, comme nous l’avons montré, elle n’aurait pas l’effet escompté sur le niveau général des prix du logiciel. Au contraire, il faudrait une dépense de travail social beaucoup plus importante pour obtenir des résultats semblables. Cette réponse est donc réactionnaire.

Plus intéressante que la réponse que peut apporter la bourgeoisie à Microsoft, est la réaction autour du logiciel libre ou ouvert, ce qui n’est pas la même chose, dont la figure emblématique est le système d’exploitation Linux.

Une réponse détournée initiée par la classe moyenne

Cette réponse a pris naissance non dans la bourgeoisie, dont les répliques sont inadéquates de par la nature même du produit logiciel, mais dans la classe moyenne.

Si le monde occidental téléphone ou allume la télévision sans trop de complications (c’est déjà plus difficile dès qu’il s’agit de programmer le magnétoscope), et sans connaissance particulière des technologies propres à la téléphonie ou à la diffusion hertzienne, une exploitation plus soutenue d’un ordinateur – au grand dam de nombre d’utilisateurs qui ne veulent pas s’encombrer de ces connaissances – conduit régulièrement à devoir s’intéresser aux questions propres aux formats de fichier, aux paramétrages des imprimantes et de certains éléments des systèmes d’exploitation, aux subtilités des logiciels d’application, etc. Objet complexe, l’ordinateur nécessite la diffusion hors de proportion d’une culture informatique dans l’ensemble de la société pour pouvoir être utilisé efficacement. La nécessité de produire des logiciels comme de paramétrer certains progiciels pour les adapter à un besoin précis ont conduit aussi à développer une culture de la programmation. Culture d’autant mieux acceptée qu’elle permet à son possesseur de réaliser un travail à la fois intellectuel et matériel, de produire un effet direct via la machine qu’il met en œuvre. Rapidement contrôlable, modifiable à merci, sans effort physique notable, sans se salir les mains, sans être dérangé par la poussière, avec un droit à l’erreur d’autant plus grand que l’on peut effacer tout et recommencer sans dépenser beaucoup d’autres ressources que son temps de travail, la programmation a fait bon nombre d’adeptes.

Un potentiel important de capacité de développement logicielle qui résulte notamment de la complexité des ordinateurs mais aussi de la nécessité d’adapter au plus près les besoins logiciels s’est donc organisé dans la société. C’est particulièrement le cas dans les activités de recherche.

C’est sur ce terreau qu’à pu naître une réaction spécifique au monopole de Microsoft, réaction marquée du sceau de la classe moyenne. Chercheurs, universitaires, cadres de grandes entreprises publiques et de l’administration, développeurs indépendants, étudiants, salariés de sociétés de logiciels qui refont le soir ce qu’ils font la journée, jeunes passionnés sont les principaux vecteurs du logiciel libre.

Ils ont puisé dans la contestation de Microsoft, dans un perfectionnisme techniciste, dans une volonté de valorisation et de formation, et dans une volonté de se réapproprier un pouvoir sur l'outil (Linux jusque-là n'est pas toujours très simple à installer et paramétrer pour un non initié), les forces pour se lancer à l’assaut du monopole. Ils ont aussi trouvé un type de produit : le logiciel et une infrastructure : le réseau et Internet, qui leur donnent les bases adéquates pour recréer une forme particulière de travail associé.

Une idéologie anti-prolétarienne et anti-communiste propre à la classe moyenne

Dans un texte de réponse à Raoul, JC a suffisamment mis en évidence l’idéologie anti-communiste du logiciel libre ou ouvert pour que nous ne nous étendions pas plus longuement sur ce point.

Le relais de la bourgeoisie

Il est intéressant de noter que nous sommes passés du logiciel libre au logiciel ouvert, c’est à dire au logiciel dont le code source est disponible et peut être modifié par son utilisateur(1). Le logiciel ouvert n’est pas nécessairement gratuit et sous ce glissement sémantique on doit voir la manifestation du relais trouvé par l’initiative Linux dans la bourgeoisie qui a vu là l’occasion de battre en brèche Microsoft, une fois que le produit avait fait ses preuves.

Ce relais a pris diverses formes. Il s’agit aussi bien de sociétés qui ont vu là l’occasion de nouveaux types de marchés assis sur le logiciel ouvert que de grands constructeurs comme IBM (dont le chiffre d’affaires est plus important que celui de Microsoft) en quête de revanche.

D’autre part dans l’économie du logiciel ouvert, si la licence est éventuellement gratuite (ce n’est pas systématique pour le logiciel ouvert), il n’en va pas nécessairement de la mise en place, du paramétrage, de l’adaptation au besoin spécifique de l’utilisateur, de la formation, de la maintenance, etc.. Les « experts », dont le crédit n’est pas nécessairement élevé, évaluent les gains sur l’ensemble de la chaîne logicielle à 40% du coût total. C’est bien entendu non négligeable et peut constituer une aubaine pour nombre d’entreprises et d’administrations. Pour les entreprises fournisseurs, cette chaîne d’activité est bien entendu susceptible de leur permettre de dégager des profits.

Un autre aspect de ce relais mérite d’être souligné ici. Les entreprises qui interviennent dans le monde du logiciel ouvert ont tendance à dédier des salariés ou de manière plus modeste à fournir les résultats des développements à la communauté du logiciel libre. Il ne s’agit en rien d’une action philanthropique, mais ici le travail social – à la différence des travaux privés bénévoles – est mutualisé entre les divers utilisateurs. L’entreprise ne fait pas payer directement, mais indirectement à ses clients ce travail de développement (de la même manière elle fait payer indirectement le travail commercial à ses clients – non seulement le travail commercial qui a été nécessaire pour le marché qu’elle vient de gagner mais aussi celui pour tous ceux qu’elle a perdu).

Progrès technique = progrès de l’exploitation du prolétariat

Pour autant qu’elle soit une réalité, la baisse des prix des applications logicielles se traduira par une baisse du prix des éléments du capital constant et donc une baisse du prix des marchandises. Par voie de conséquence elle engendrera un abaissement de la valeur de la force de travail. Les économies réalisées par le fait qu’une partie du travail privé voué à devenir du travail social gratuit est mis à la disposition de la Société contribuent à l’accroissement de la plus-value. Une partie de la société donne gratuitement son travail à une autre partie, en l’occurrence le capital, qui se valorise par l’exploitation accrue de la force de travail.

Gratuité et socialisme

Raoul nous dit que les développeurs de logiciel libre retirent d’autant plus de gratification qu’avec un effort moindre (le logiciel n’est développé qu’une fois) ils multiplient les signes de reconnaissance (le logiciel peut être dupliqué à l’infini pour un coût relativement faible(2). Soit ! (3) mais la logique du maximum de gratification pour un minimum de temps n’est en rien exemplaire et n’est que la poursuite de la logique capitaliste du maximum de résultat pour le minimum d’effort.

Raoul est fasciné par le phénomène de la gratuité. Il n’est pourtant en rien spécifique du milieu des logiciels libres. Faisons abstraction ici des programmes de radio et dans une certaine mesure de Télévision, de certains journaux ou d’une partie des activités des entreprises -réaliser un devis par exemple- pour nous tourner vers d’autres formes.

De celui qui fait un gâteau pour son voisin à ceux qui par milliers s’investissent dans diverses associations, tous ont une démarche similaire.

Tous les jours, des milliers de personnes bénévoles dépensent leur temps dans de multiples associations. Elles donnent d’ailleurs leur temps avec, sans doute, beaucoup moins d’arrière-pensées que les milieux de développeurs et sans y chercher autant de reconnaissance. Qui plus est alors que le développement n’intervient qu’une fois, avec une possibilité de diffusion générale qui peut leur valoir la gratitude de beaucoup comme la reconnaissance de leurs pairs, l’action associative est renouvelée régulièrement.

Il existe au moins un autre domaine où le travail gratuit joue un rôle considérable, c’est dans la famille. La part prépondérante de celui-ci est fourni par les femmes. Il est possible que Raoul voit dans ces « germes de rapport non marchands », le pré homo-socialisticus mais jusqu’à présent le socialisme révolutionnaire n’y a vu que la marque de l’exploitation de la femme.

Raoul s’imagine que le logiciel a cependant une spécificité parce que le fait de le dupliquer pour pratiquement rien ne vous conduit pas à vous en dessaisir et qu’ il s’agit d’un moyen de production et aussi de consommation.

Les résultats de la science sont dans le même cas. Il aura fallu une vie entière à un savant pour trouver tel ou tel théorème mais une poignée d’heures suffit à un professeur pour le communiquer à trente élèves. Après comme avant il reste dans la tête du professeur (4). Cette science s’incorporant à la production devient bien évidemment un moyen de production. Tout ingénieur est conduit à faire des calculs, à faire des règles de trois ou à utiliser le théorème de Pythagore pour prendre des exemples triviaux. L’ordinateur est une machine susceptible de traiter automatiquement des algorithmes. Mais les algorithmes existent indépendamment et sont antérieurs à l’ordinateur.

Quand Raoul s'enthousiasme sur les effets potentiels du logiciel libre, outre qu'il sur-estime totalement l'importance du logiciel dans la chaîne des coûts et qu'il prend les vessies petites-bourgeoises pour des lanternes prolétariennes, il ne fait que nous décrire, c’est le seul grain de vérité de son discours, les effets dissolvants des progrès de la force productive du travail sur les rapports de production capitalistes.

Communisme ou socialisme petit-bourgeois

Pour autant que cette activité s’inscrive dans une démarche de contestation de la société bourgeoise et de son fonctionnement, le parti communiste les a depuis longtemps qualifiées : il s’agit de variétés du socialisme petit-bourgeois ou du socialisme bourgeois. cf. manifeste du parti communiste

Le socialisme ne consiste pas à ce que chacun fasse, gratuitement, dans sa cuisine, un gâteau pour son voisin. Ce n’est pas une généralisation de l’économie du don ou de la charité.

Il ne consiste pas non plus à ce que, dans le cadre d’un socialisme d’entreprises, les conseils ouvriers partagent le fruit du travail et que chaque ouvrier s’en retourne chez lui avec des gâteaux dans son sac.

Il consiste, au contraire, à placer sous le contrôle producteurs associés les forces productives les plus développées, à briser les limites de l’entreprise, à réorienter et réorganiser les forces productives de manière à réduire le travail nécessaire à sa plus simple expression vers la satisfaction de besoins humains, tout en améliorant les qualités sanitaires, alimentaires et gustatives du gâteau ; une partie des vestiges de l’entreprise se transformant en simples lieux de production.

La solution petite bourgeoise est-elle la bonne ?

Pour être imprégnée d’esprit petit-bourgeois, il n’en demeure pas moins que la méthode de développement a fonctionné même si ce succès a été favorisé par le relais de la bourgeoisie. Cette forme de travail collaboratif n’est pas du travail social au sens strict du terme mais le devient sous une forme particulière au sens ou ce travail devient gratuit, via les médiations que nous avons décrites plus haut. Par rapport à l’organisation proposée par le socialisme reposant sur le travail associé, cette forme d’organisation est-elle plus efficace, moins dispensatrice de temps de travail ?

Pour répondre à ces questions il nous faut nous tourner vers les acteurs et les témoins de ce type d’organisation.

Un témoin capital

L’article d’Eric Raymond, « Le bazar et la cathédrale » est une texte emblématique du monde Linux. Eric Raymond est un programmeur expérimenté et par ailleurs la figure de proue du logiciel à code ouvert là ou Richard Stallman, Président de la Free Software fondation est celle du logiciel libre.

Eric Raymond était déjà largement impliqué dans le monde du logiciel libre dès les années 80. Il pensait cependant qu'au delà d'une certaine taille de complexité il n'était pas possible de développer des logiciels de manière décentralisée en faisant collaborer des milliers d'individus sur leur temps libre, ce qui fera le succès le Linux. Il pensait aussi qu'il était nécessaire d'avoir atteint un certain degré d'avancement du logiciel avant d'en délivrer aux utilisateurs avancés une version expérimentale.

Le bazar et la cathédrale

Eric Raymond oppose donc le style de développement qu'aurait inauguré Linux via Linus Torvalds - distribution rapide et fréquente, délégation massive, ouverture totale - le style bazar (5) en opposition au style cathédrale décrit plus haut (6).

Qui plus est, le style bazar loin de s’effondrer dans la confusion progressait à pas de géants.

Pensant qu'il avait compris les fondements méthodologiques du style bazar l'auteur tente à partir de 1996 de le mettre en pratique sur un de ses projets. Le texte "le bazar et la cathédrale" conte les péripéties de ce projet.

Du besoin social

L'auteur confronté à un problème de courrier électronique (problème personnel) tire une première leçon de l'expérience : un bon logiciel correspond à un besoin d'un développeur (tout bon logiciel commence à gratter là où ça dérange)

Selon l'auteur ce serait le cas des logiciels de la communauté Linux. D'une manière générale nous allons voir se dessiner le point de vue d'une aristocratie technique, d’une caste technicienne qui est au fondement de l'idéologie Linux et qui de manière plus large correspond à l'idéologie de la classe moyenne, de la petite bourgeoisie.

C'est bien une des difficultés et une limite de l'entreprise. Si le développement logiciel de type Linux est tributaire du fait qu'il doive répondre non pas à un besoin social, mais au besoin particulier du développeur, le développement social est tributaire du besoin particulier et ne s’exprime que dans la mesure ou il rencontre le besoin particulier. Ce n'est que parce que le besoin particulier rencontrerait le besoin social qu'il permettrait de s’exprimer. C'est évidemment une toute autre logique qui s'exprime avec la production d'un logiciel destiné au marché. Dans ce cas il faut pour que le travail privé qui y est inclus devienne du travail social qu'il soit reconnu sur le marché et que donc il rencontre le besoin social. A charge d'ailleurs pour l’entreprise, via de multiples canaux : retour d'information des commerciaux, étude de marchés et études de consommateurs, demandes de clients, réclamations et gestion de l’après vente, veille concurrentielle et technologique d'amender le produit pour qu'il soit toujours mieux adapté à ce besoin.

Par conséquent le développement de type Linux rencontrera d’autant mieux le besoin social que celui-ci est cantonné aux problématiques des développeurs (système d'exploitation, utilitaires de développement). Par conséquent la probabilité que ces logiciels soient situés en amont de la chaîne logicielle sera d’autant plus grande.

L'article d'ailleurs se clôt en 1998, sur la perspective de développement d’un navigateur Netscape selon les mêmes méthodes supposées que la communauté Linux. Force est de constater, quelques années plus tard, que ce logiciel ne s'est pas imposé mais a régressé dans son usage social au profit du navigateur de Microsoft.

De la collaboration entre générations

Vient ensuite un autre trait de cette aristocratie technicienne : l'idée que c'est la paresse qui fait progresser le développement logiciel. « Une caractéristique importante des grands programmeurs est la paresse constructive. Ils savent qu’on n’obtient pas 20/20 pour les efforts fournis, mais pour le résultat obtenu, et qu’il est pratiquement toujours plus facile de partir d’une bonne solution partielle que de rien du tout » (Eric Raymond. p.3)

Nous l’avons déjà longuement évoqué ce développement a des caractéristiques économiques particulières du fait que le temps de reproduction est sans commune mesure avec son temps de production. Il faut y ajouter qu'il est un travail qui suppose une forte incorporation de la science à la machine. Il se pose à la fois comme un travail intellectuel et comme un travail qui permet à la machine de fonctionner, de rendre le service auquel elle est destinée.

D'autre part, en tant que produit intellectuel, il est particulièrement flexible puisque les lignes de programmation peuvent être reprises. En fait cela signifie que l'on s'appuie sur le travail des générations précédentes, qu'il existe dans ce type de travail une collaboration inter-génération et intra-génération, que le logiciel n'est pas l’œuvre d'un individu même si l'illusion demeure. Nous n'avons pas ici affaire à un travail d'écrivain qui doit écrire de la première à la dernière ligne mais qui bénéficie de l'état de la connaissance sur tous les plans de son époque ni à celle d'un savant qui hérite des théories, lois et formalisation des autres pour les appliquer ou en développer d'autres, mais d'une forme d'écriture collective qui justement lui permet de s'illusionner sur sa prouesse individuelle tout en pouvant parvenir à des résultats tangibles.

Ce qui est dit là doit être nuancé d’une part par le fait qu'il existe dans ces communautés d’une part la tentation de considérer que ce qui n’est pas fait par le développeur lui même n’est pas bon, d'autre part d’avoir la plus grande difficulté dans la maintenance d'un programme, généralement d'ailleurs peu documenté du fait du manque de temps et de la faible appétence des développeurs pour une tâche considérée comme rébarbative.

Ceci dit, Eric Raymond fait remarquer que dans le monde du logiciel libre, il existe une très grande disponibilité de logiciels ouverts qui rend relativement simple la perspective de la recherche d'un logiciel disposant déjà de bon nombre de fonctionnalités recherchées. En ce sens, il montre les limites atteintes par le mode de production capitaliste et le découpage de l’activité productive dans des cellules autonomes qui constituent les entreprises. Le partage du travail universel (le travail intellectuel des générations passées est d'autant plus entravé que l’univers concurrentiel est important. Le nécessaire dépassement de l'économie concurrentielle et mercantile (ce que symbolise de manière limité et avec les travers qu'on lui connaît le monopole) est donc inscrit dans le progrès de la force productive du travail.

Du travail associé

Bon nombre des autres considérations d'Eric Raymond sont un magnifique mélange de bon sens et de naïveté parfumé de morale anglo-saxonne dont nous ne retiendrons l’idée que le travail associé est supérieur au travail individuel, ce qui pour le socialisme est une banalité mais ne l’est pas dans la communauté individualiste des programmeurs

Nous avons déjà mis en relief les limites que posaient la concurrence la production capitaliste à la généralisation de cette possibilité et en quoi celle-ci se frayait un chemin que ce soit à travers la concentration et la centralisation du capital, le monopole, la nationalisation, les firmes multinationales ou transnationales, les GIE et autres projets inter-entreprises qui conduisent à dépasser ces limites sans jamais y parvenir complètement. Il reste à montrer comment cette coopération peut être obtenue dans un cadre qui ne soit ni le marché ni le travail associé propre à une société communiste. Nous retrouvons ici notre question subsidiaire. Cette coopération est elle supérieure à celle prônée par le socialisme sur la base du travail associé ?

Pour Eric Raymond, c’est bien le secret de Linux, à savoir la capacité à ce que les utilisateurs programmeurs deviennent des co-développeurs.

Dans le monde du logiciel ouvert cette possibilité a été utilisée au mieux pour produire Linux. Un des nouveaux paradigmes se situe, selon l’auteur, dans le fait de ne pas hésiter à mettre en service de nouvelles mises à jour du logiciel rapidement sans se soucier des bogues éventuels tout en restant à l'écoute des utilisateurs (il est arrivé à certaines époques de mettre à jour le noyau de Linux plusieurs fois par jour), le tout étant servi par une infrastructure ad hoc à savoir l'Internet.

Par conséquent ce que Linus Thorvalds aurait fait n’est pas spécialement le fruit d'un concepteur génial mais « Linus stimulait et récompensait ses utilisateurs/bidouilleurs en permanence. Il les stimulait avec la perspective auto-gratifiante de prendre part à l’action , et il les récompensait par la vue constante (et même quotidienne) des améliorations de leur travail.

Linus cherchait directement à maximiser le nombre de personnes-heures jetées dans la bataille du débogage et du développement, au prix éventuel d’une certaine instabilité dans le code et de l’extinction de sa base d’utilisateurs si un quelconque bogue sérieux se révélait insurmontable. (…). Etant donné suffisamment d’observateurs, tous les bogues sautent aux yeux ; c’est ce que j’appelle – la loi de Linus -»( Eric Raymond p.6) (7) Les remarques ci dessus peuvent se reformuler ainsi : « on peut paralléliser le débogage. » (Eric Raymond. p.7)

Mais Raymond n'a pas montré que cela ne se traduit pas par un gaspillage important de temps de travail. Il ne montre pas que le coût social engendré par « un millier de co-développeurs avides » qui « se précipitent sur toute nouvelle mise à jour » n’est pas plus élevé. Certes, cela fait avancer très vite le débogage puisque celui ci est d'autant plus efficace qu'il a plus d'utilisateurs mais on ne montre pas que le coût marginal du débogage est moins important et vraisemblablement il ne l’est pas. Il ne l’est pas parce que plus le nombre d'utilisateurs est important plus le nombre de bogue découverts est grand mais là n’est pas l’essentiel. A périmètre comparable, le temps de travail dépensé sera plus important que dans une logique centralisée. Un essaim en dehors de la ruche ne fait pas plus de miel dans le même temps.

On pourrait objecter que la qualité du logiciel est plus rapidement meilleure mais d’une certaine manière, il n'est pas possible, ni même souhaitable qu'il faille suivre cette méthode de débogage. En l'occurrence quand un utilisateur découvre un bogue et le signale, cela lui fait perdre du temps, mais c'est un temps marginal. S'il est compté dans le coût social, le temps de travail dépensé sera beaucoup plus important. Mais comme il s’agit d'une tâche qui n'entre pas dans son activité traditionnelle, ce temps est rarement pris en compte dans les évaluations. C’est un temps gratuit que donne la société, mais que devrait dépenser la société de toutes façons si elle voulait éliminer un bogue, en reproduisant artificiellement les conditions d'utilisations du logiciel. Par conséquent tous les logiciels sont plus ou moins bogués quand ils arrivent sur le marché. Dans le cas de Linux, les utilisateurs étant de plus des développeurs ils sont à même de proposer aussi des solutions de débogage (et généralement pas pour le bogue découvert). Ce que ne dit pas l'histoire c’est dans quelles conditions ils découvrent les bogues ? Agissent-ils en tant qu'utilisateurs au sens plein du terme ou pour une part en tant qu’expérimentateurs qui du fait de l’intérêt pour le produit, pour des raisons idéologiques - notamment l'hostilité à Microsoft liée au milieu du logiciel libre -, professionnelles, éducatives mettrait à disposition du développement un travail gratuit ? Quelle est la partie qui peut s'apparenter à un travail dédié et ce qui est marginal ? Plus le travail dédié est grand plus nous devons conclure que le mode de réalisation d'un produit comme Linux suppose donc du point de vue social un important gaspillage de travail privé, gaspillage que la communauté formée par une aristocratie technicienne est prête à faire pour diverses raisons déjà évoquées.

Conclusion

La réponse de la bourgeoisie au monopole de Microsoft est inopérante et réactionnaire. Pour être efficace elle a du se rallier à la réponse de la classe moyenne et lui donné une assise crédible.

La réponse issue de la classe moyenne, à savoir le logiciel libre, est une réponse effective. Elle consiste à opposer au travail social, une multitude de travaux privés et de mettre gratuitement à la disposition de la société, c’est-à-dire du capital, ce travail privé et par la même de le socialiser.

Pour autant qu’elle ait une efficacité réelle, ce qui est pour une part le cas, cette réponse permet au capital d’accroître l’exploitation du prolétariat en abaissant la valeur des marchandises et des services qui utilisent pour leur production ce travail privé gratuit. Pour une autre part, cette réponse est à la fois utopique et réactionnaire. Elle suppose une immense dépense de travail privé et généralement isolé pour contrebalancer l’efficacité du travail associé tel qu’il est mis en œuvre dans les entreprises.

Donc bien qu’elle soit, comme toutes les idéologies de la classe moyenne à la fois utopique et réactionnaire, la perspective du logiciel libre et plus exactement désormais du logiciel ouvert (open source) ont reçu, faute de pouvoir lui apporter une autre réponse, le relais de la bourgeoisie. Les Etats, les grands constructeurs comme IBM ont relayé l’initiative de la classe moyenne pour lui donner une cohérence générale plus importante, si bien que Linux apparaît désormais comme le concurrent le plus sérieux de Microsoft. En même temps, l’idéal de la petite bourgeoisie technicienne s’étiolait devant les tentations mercantiles qui accompagnent ce relais et cette institutionnalisation du logiciel ouvert.

La réponse du prolétariat, absente totalement de la scène, et qui repose sur la socialisation de la production, la collaboration du travail associé, la rupture avec l’économie d’entreprise est la seule réponse théorique et pratique conséquente, la seule qui libère les forces productives du travail au service de l’humanité. Elle est la seule réponse révolutionnaire

Robin Goodfellow – Mai 2003

NOTES.

  1. Argument d’ailleurs spécialement contestable pour le système d’exploitation. Si chacun peut le modifier c’est la tour de Babel assurée. Dans les faits d’ailleurs ce sont des versions bien standardisées et commercialisées de Linux qui sont installées (ex. Linux Red Hat du nom de la société qui maintient les versions)

  2. On n’oubliera pas cependant les coûts propres à l’installation, la formation, la maintenance, qui eux sont loin d’être en relation avec le coût de reproduction.

  3. La psychologie des développeurs est d’ailleurs légèrement différente. Il ne s’agit pas tant d’un reconnaissance du type producteur –utilisateur même si cette dimension existe, mais d’un mélange plus complexe de reconnaissance par les pairs au sein d’une caste technicienne à la fois et prioritairement sous l’angle de l’expertise technique et de l’aura qu’elle induit dans la communauté technicienne et sous l’angle de l’utilisateur – les utilisateurs qui se manifestent au producteur étant souvent eux-mêmes des membres de la caste -.

  4. Ce genre de considération est d’ailleurs reprise par n’importe quel charlatan traitant de l’économie de l’information. Dans un échange d’idées, chacun repart avec les idées de l’autre sans avoir abandonné pour autant la sienne.

  5. Il a été tenté de l’appeler style Agora.

  6. C’est un contre sens que commet JC quand il dit que le style cathédrale vise Microsoft. Le texte d’Eric Raymond se réfère à un gourou de l’organisation, P. Brooks auteur du mythe de l’homme-mois, pour qui on peut attribuer des pratiques de type bazar à Microsoft. (p. 18)

  7. Raymond fait également la remarque intéressante que celui qui identifie le problème et celui qui trouve la solution ne sont pas généralement le même.